Les mille et une vies du jean

Les mille et une vies du jean

La société de consommation a connu une ascension fulgurante, mais il semble que le soufflé soit en train de retomber ! Les comportements changent et, plutôt que d’acheter des biens périssables à très court terme et qui passent rapidement à la poubelle, la tendance est au recyclage. Les vêtements ont droit à une seconde vie, plutôt que d’être abandonnés dès la mode passée ou dès les premiers stigmates d’usure.

Des origines moyenâgeuses

L’histoire du jean est incroyable et aucun autre tissu au monde n’a connu autant de vies. Son origine remonte au Moyen Âge en Europe, alors que le coton fut mélangé à du lin ou à de la laine dans des étoffes appelées futaines. Les Italiens s’en firent une spécialité dès le XVIe siècle et l’exportèrent par bateaux entiers depuis le port de Gênes pour l’acheminer vers la Grande Bretagne. C’est à cette époque qu’il fut surnommé « jean » ou « jeane ».

Les bateaux accostaient également en France. Les tisserands s’y intéressèrent de près et commencèrent à fabriquer des pantalons pour les marins, ainsi que des toiles de tentes ou des voiles. Cependant, la solidité du tissu n’étant pas satisfaisante, les fabricants rivalisèrent d’ingéniosité pour le renforcer. Ce sont les tisserands de Nîmes qui trouvèrent les premiers le meilleur compromis, en intégrant un textile de laine et de soie en armure de serge.

Coton d'Avril le jean

Le tissu des travailleurs manuels

Ce tissu d’une incroyable résistance fit fureur à l’export et, de toile « de Nîmes », il prit le nom « denim ». Pour renforcer sa structure, sa trame était composée de fil teint au bleu indigo, ainsi que du fil de chaîne blanc ou écru. Il était alors le tissu réservé aux vêtements des ouvriers, bon marché et très résistant.

Le jean traversa l’Atlantique au XVIIIe siècle et partit à la conquête du Nouveau Monde, alors que l’Amérique s’apprêtait à prendre son nouveau nom : les États-Unis. À cette époque, le jean était toujours le tissu des travailleurs manuels, notamment des cow-boys qui convoyaient les troupeaux de vaches, des mineurs qui creusaient la terre pour y trouver de l’or et des ouvriers du chemin de fer qui alignaient les rails pour traverser le continent et rallier la côte ouest.

La naissance du blue-jean

Le blue-jean tel que nous le connaissons aujourd’hui — en denim teinté en bleu indigo, avec les célèbres et robustes rivets en cuivre qui en renforcent la structure — fut breveté en 1873. Les deux associés d’une entreprise textile de San Francisco, Jacob Davis et Levi Strauss, ravirent les ouvriers et les mineurs à la recherche de pantalons et vestes qui résistaient à leurs longues et usantes journées de travail.

Les tisserands proposaient alors de la toile brune et du denim bleu. C’est le second qui connut le plus grand succès.

Quand la mode s’empara du bleu jean

Au XXe siècle, la mode s’empara du blue-jean. Il devint alors à la fois viril et romantique, porté par Gary Cooper ou John Wayne. Puis ce sont les femmes qui cédèrent à ses avances, les actrices Carole Lombard et Gingers Rogers en furent les plus illustres ambassadrices.

Coton d'Avril recyclage jean

Du chic au rebelle

Dans les années 1950, le jean devint la marque de la jeunesse contestataire. Ce fut au tour de Marlon Brando ou James Dean d’en populariser l’image rebelle, néanmoins glamour en diable.

Dans la continuité, le jean devint le tissu des hippies, des rockers et des militants pacifistes des années 1960. Les féministes de l’époque portaient le jean comme un étendard de l’égalité des sexes.

Emblème de la contestation, le jean se vit bannir de certains lycées. Il est depuis rentré dans le rang et revendiqué par toutes les classes sociales, depuis l’ouvrier jusqu’au créateur de mode le plus chic. S’il est passé par toutes les couleurs, à la fin, c’est toujours le bleu qui l’emporte.

Seule constance : le jean demeure robuste et inusable, ce qui lui permet de se recycler (presque) à l’infini.

Comment recycler vos jeans ?

Votre jean est usé, déchiré, taché, démodé ? Ne le jetez surtout pas, mais donnez-lui une seconde vie.

Savez-vous que le jean peut se transformer en isolant ?

Le jean peut servir à tout et son recyclage sans doute le plus baroque consiste à fabriquer un isolant thermique. Cette surprenante idée vient de l’association Relais qui collecte les vêtements pour les redonner aux personnes démunies. Lorsque les tissus sont si éculés qu’ils ne peuvent plus être portés, ils sont recyclés en chiffons et torchons, mais le jean se prête mal à cet usage, car il demeure trop épais et trop rigide.

Ne voulant à aucun prix jeter cette toile inusable, Relais a alors planché sur ce casse-tête et c’est ainsi qu’est né un nouvel isolant, commercialisé sous le nom de l’enseigne Métisse. Il est conditionné sous forme de panneau et sert à la construction. L’isolant en jean recyclé permet de conserver des températures stables, mais il s’est aussi révélé comme un remarquable isolant acoustique.

Le secteur de la construction et de la rénovation s’y intéresse de plus en plus.

Coton d'Avril découpe jean

Recycler le jean en accessoires

Avant d’envisager de transformer votre jean en panneau isolant, vous pouvez concevoir des accessoires en tout genre. Côté coloris, vous en trouvez de toutes les teintes et, si vous restez fidèle au blue jean, vous disposez de toutes les nuances de bleu, allant du plus foncé presque noir, au plus clair, à peine bleuté. Vous pouvez créer des assemblages unis ou des patchworks mêlant tous les tons.

Par ailleurs, tout est utile dans un jean, à commencer par les poches, d’autant que celles des pantalons en jean sont uniques… ou plutôt doubles ! Vous l’avez en effet remarqué, les jeans ont conservé pour la plupart la petite poche située dans l’une des poches avant du pantalon. Elle servait à l’origine à ranger sa montre à gousset et à bien la protéger. Aujourd’hui, à moins que vous n’adhériez au mouvement steampunk, les propriétaires de montres à gousset sont rares. De plus, les steampunks ne sont guère adeptes du jean.

La petite poche a ensuite servi au briquet, Zippo de préférence, puis à tout et n’importe quoi.

Lorsque vous recyclez votre jean, les poches se retrouvent sur votre sac à main, votre besace ou même sur votre tablier de cuisinier. Elle vous permet de ranger vos clefs, vos lunettes ou votre petit livre de recettes.

Vous pouvez ensuite décliner les créations. Vous pouvez par exemple coudre une housse pour votre ordinateur. La grande poche vous sert à ranger la souris et la poche gousset protège votre clef USB.

Vous pouvez même ne recycler que les poches. En créant un patchwork uniquement composé de poches, vous fabriquez un panneau de rangement mural qui peut vous servir à ranger vos clefs, lunettes, crayons et stylos, etc.

Outre le jean, tous les tissus sont recyclables, pour l’habillement, comme pour les accessoires. Inventer de nouvelles utilisations pour vos vieux habits devient un passe-temps, autant qu’un loisir créatif. En y réfléchissant, vous verrez que vous n’allez plus jamais jeter vos nippes et que vous allez rivaliser d’ingéniosité pour rhabiller votre décoration intérieure et vos accessoires.

Coton d’Avril s’est fait une spécialité du recyclage du jean pour le transformer en sacs ou pochettes

 

Articles Récents

La tricothérapie

Le tricot est passé par plusieurs phases au cours de son histoire. D’une utilité primordiale autrefois, à hobby aujourd’hui, cette activité apaisante revient en force dans les foyers. Elle s’adresse...

En savoir plus